Afrique, terre esthetique

De nombreux reportages diffusés sur des grandes chaines généralistes et de la TNT ont appris aux téléspectateurs  français que la Tunisie était une terre élective de la chirurgie esthetique depuis maintenant plusieurs années. Si ce focus rend bien compte d’une réalité, il n’en demeure pas moins vrai que d’autres pays du continent commencent eux-aussi à développer leur médecine esthétique.

En Afrique, on peut trouver des cliniques spécialisées au Maroc, en Afrique du Sud et même au Kenya. L’ensemble de ces pays disposaient déjà de structures médicales ( hospitalières privées ou publiques) avancées et ont développé des structures spécifiques pour cette médecine. Les perspectives en termes de tourisme étant très intéressantes des pays comme le Sénégal et l’Egypte s’y mettent de plus en plus.

Pour éclairer un peu plus le sujet de la chirurgie esthetique en Afrique, il convient de préciser deux choses. La première est que ces pays sont importateurs net de patients en la matière. C’est d’ailleurs l’un des rares cas de secteur économique où l’importation massive est un bon point pour la richesse du pays. Les habitants de ces pays sont moins friands en matière d’interventions et consomment peu sur place et quasiment jamais à l’étranger.

La deuxième chose à savoir est que ce marché de l’esthétique ( qui peut englober la chirurgie et la dermatologie spécifique) génère d’autant plus de devises qu’il offre à la patientièle  des prix de prise en charge nettement inférieurs aux tarifs en vigueur à l’étranger.
Traditionnellement, les zones de préférence géographique de ces patients recoupent les anciens découpages coloniaux. Les français ( femmes et hommes confondus) vont en Tunisie et au Maroc tandis que les anglophones ont tendance à se rendre au Kenya ou en Afrique du sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *